L'après virus : Arriver à rebondir quoi qu’il arrive

L’après virus : Arriver à rebondir quoi qu’il arrive

#Digital #Leadership #Marketing

Nous le vivons tous au quotidien, ce satané virus nous rend la vie dure.

Mais, inutile de blâmer qui que ce soit, ni de s’apitoyer sur son sort. Le maître mot en cette période est ADAPTATION.

Oui, adaptons-nous (pas le choix de toute façon), adaptons notre business, notre fonctionnement et faisons en sorte de rebondir avec brio.

Je ne vais pas vous raconter ma vie, mais plutôt vous dire comment je me suis adapté, quelques fois que ça vous donnera des idées … parce que c’est bien le but de toutes mes petites vidéos finalement.

Exercice SEO

Je me suis lancé pour défi, dans cet article de ne pas citer le nom de ce virus qui a généré, à lui seul, un volume de 12 millions et demi de recherche rien qu’au mois de février.

Un virus qui a forcé Google à afficher des résultats (OMS, conseils, carte interactive …) qui ne sont absolument pas liés à son algorithme. Une première, je pense, pour notre génération.

Vous ne me croyez pas ? Faites le test, tapez ce mot qui est sur toutes les lèvres, et découvrez comment se présente la première page des résultats de Google.

L’autre impact de cette vilaine grippe sur le SEO, c’est que de nombreux entrepreneurs qui n’avaient pas le temps d’y penser … et bien aujourd’hui ils ont le temps.

Vous savez, le SEO, c’est comme ce mur que vous devez repeindre et que vous laissez traîner parce que vous avez assez de boulot pour le moment. Il arrive toujours un moment où il faut vraiment le faire. Ce moment, c’est maintenant. D’autant que le coût lié au référencement peut rester relativement faible aux regards des bénéfices qui peuvent en découler.

Adapter ses journées de travail

L’être Humain avec un grand H est capable de faire preuve de résilience et on le remarque bien dans cette période difficile.

Comme tout le monde, j’ai débord râlé quand je me suis rendu compte que mon quotidien allait changer. Normal, je dois garder mes 2 enfants à la maison tout en continuant à travailler de chez moi pendant au moins 8 heures par jour. Tout cela avec des formations annulées, des clients qui décalent les rendez-vous et d’autres qui sont plus pressés que jamais d’en découdre avec leur SEO.

Côté changement, j’ai ma dose. Alors, oui j’ai bien râlé un bon coup, mais après j’ai regardé ce que je pouvais faire pour m’adapter et en tirer du positif. Je ne vais pas vous raconter mes premières journées de travail avec mes enfants (d’ailleurs vous avez peut-être vu mon dernier live SEO).

Par contre, ce qui peut vous intéresser c’est les méthodes que j’ai employées. En fait il n’y en a qu’une seule : j’ai tout réorganisé et j’ai casé la garde des enfants dans mes objectifs quotidiens. Et puis j’ai rebondi.

Une formation annulée ? Pas de soucis, je la ferai en ligne et je la proposerai aux déçus qui n’auront pas pu me rencontrer. Le rendez-vous était bloqué dans mon agenda, je ferai juste autre chose. Et qui sait, je vais peut-être même gagner un peu de temps.

Un client qui veut annuler une séance de coaching ? Je lui propose de le faire à distance. Mais, lui comme moi, on doit composer entre enfants et télétravail. Du coup, pas facile en journée, je bosse tard le soir et tôt le matin. Ah le client aussi ? Bingo, on se fait un coaching à distance à 5h du mat’.

Adapter son business

Après avoir adapté mes journées, j’ai bien dû adapter mon business.

Par exemple, pour mon service de coaching SEO, je jouais sur l’aspect de la proximité pour proposer de vrais rendez-vous en physique et mes publicités étaient donc ciblées de manière précise géographiquement.

Aujourd’hui, j’ai adapté les choses. Je table sur le coaching à distance et j’argumente en faveur de la visioconférence. Mes publicités ont changé de cible et donc de message.

Je mettais en avant mes formations en présentiel, maintenant je vais surtout promotionner les formations en ligne. Et je profiterai du temps gagné pour en concevoir d’autres.

Conclusion

Quel que soit votre business, quelle que soit la crise qui nous affecte, nous devons toujours nous adapter. Aujourd’hui nous y sommes forcés, mais ce n’est pas toujours le cas de façon si flagrante.

Je suis persuadé qu’en essayant de voir le positif partout où c’est possible, on peut vraiment s’en sortir et même grandir professionnellement.

Les entrepreneurs qui auront su réagir rapidement à cette crise seront les grands gagnants.

Souvenez-vous de la dernière crise financière. Il y avait ceux qui ont tout perdu et d’autres qui ont tout gagné, qui ont su rebondir au lieu de pleurer sur leur sort.

Aujourd’hui, je vous invite à faire partie des gagnants. Comme dit mon collègue, râler ça fait du bien, mais il ne faut pas que ça dure trop longtemps.

Donc, postez un coup de sang sur Facebook, libérez la colère en vous, ça soulage. Et ensuite, rebondissez.

FOIRE AUX QUESTIONS

Les questions les plus fréquentes de mon audience

Découvrez ci-dessous les questions qui reviennent le plus souvent lorsque je suis en contact direct avec mes visiteurs, mon audience, mes élèves lors de mes formations et les questions que je reçois via mes profils sociaux.

  • 😷 Comment parler du coronavirus sans le citer ?

    C’est mon défi dans cet article. Je trouve qu’on en parle déjà assez et j’avais envie de positiver un peu. Alors, découvrez comment je fais face à ce fléau dans mon entreprise.


  • 👍🏼 Comment faire en sorte de voir le positif ?

    La première chose qu’on a envie de faire en apprenant que notre business ne va pas tourner correctement dans les prochaines semaines, c’est de râler un bon coup. Ça fait du bien, mais il faut savoir passer à autre chose.


  • 💪🏼 Peut-on vraiment s’adapter à tout ?

    Je pense que oui, il faut juste sortir de sa zone de confort, ouvrir l’esprit, penser autrement et positiver. Je vous explique, en vidéo, comment je m’y suis pris et les solutions originales que j’ai pu trouver.


  • 🧷 Quelles sont les entreprises qui vont tirer leur épingle du jeu ?

    Selon moi, les entreprises capables de réagir vite et de trouver des solutions originales sont celles qui sont les plus aptes à sortir du lot et à passer la crise en limitant les dégâts. La passivité est la pire des solutions.

administrator
Votre réaction :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *