Votre sous-traitance rédaction web : 5 erreurs à éviter

Ne ratez plus votre sous-traitance rédaction web : 5 erreurs à éviter

#Digital #Leadership #Marketing

Dans la société actuelle, la sous-traitance est omniprésente. Toutes les entreprises y ont recours, de la plus petite à la plus importante. Que ça soit pour des tâches administratives, rédactionnelle, marketing, techniques, opérationnelles ou de la production en tout genre.

Me concernant, ma grosse erreur à cette époque a été de confier ma sous-traitance rédaction web en toute confiance. Je vous explique pourquoi 😉

Retranscription de la vidéo sur la sous-traitance rédaction web

Salut à tous,

J’ai envie de vous parler, aujourd’hui, de la sous-traitance. Dans la société actuelle, la sous-traitance, elle, est omniprésente. Toutes les entreprises y ont recours, de la plus petite à la plus importante. Donc, toutes les entreprises sous-traitent. Que ce soit pour des tâches administratives, techniques opérationnelles ou de la production en tout genre.

Par exemple, une grosse entreprise va sous-traiter la fabrication de certaines pièces. Ici, en Belgique, sur la nouvelle chaîne de montage de la nouvelle Audi électrique, tous les éléments sont assemblés ici en Belgique, mais ils viennent d’un peu partout, venant de beaucoup de consultants. Beaucoup de consultants fournissent donc des pièces : des pneus, des essuie-glaces, des batteries, etc.

Et pour les plus petites entreprises, elles sous-traitent souvent leur comptabilité. J’en parlerai un autre jour d’ailleurs de la comptabilité et de la sous-traitance.

Quant à moi, j’ai souvent sous-traité de la production de contenu, donc des articles de blog, des landing pages, des pages commerciales, des brochures, etc. Et ma grosse erreur, à cette époque, était de sous-traiter, quelque part, en toute confiance, les yeux fermés.

Ces professionnels se définissaient comme des pros de la rédaction. Ils m’avaient fourni d’ailleurs des exemples qui me semblaient super bien écrits. Bon, je ne me suis pas tout à fait lancé les yeux fermés dans la sous-traitance évidemment, j’ai d’abord demandé à ces rédacteurs de réaliser quelques tests pour moi. Des tests qui ont été concluants tant en termes de qualité que de prix.

Et là où j’ai été assez négligent, c’est que je n’ai pas vérifié si le contenu était original, plagié ou copié. À l’époque, j’avais un peu cette innocence et cette confiance de me dire qu’ils ne feraient pas ça. Manque de bol pour moi, on m’a plusieurs fois livré du contenu complètement copié de ceux de mes concurrents, il y a quelques années de cela.
Je sais, ça donne un peu l’impression de jouer le rôle de Calimero. Alors que n’ai pas la coquille de l’œuf sur la tête, mais j’ai déjà la casquette.

Blague à part, je vous conseille donc de ne pas sous-traiter les yeux fermés et de surtout vérifier régulièrement la qualité du travail fourni. Et c’est vraiment important de prendre le temps de faire ça. Même quand la relation de sous-traitance est instaurée depuis longtemps et peu importe votre domaine d’activité.
Je ne parle pas que de la rédaction de contenu en sous-traitance, mais de tous les aspects d’une société. Que vous vendiez des chaussures en ligne, du coaching, du service, de la prestation en tout genre sur internet.

Pour la petite histoire, cette aventure m’a valu un courrier d’avocat d’un concurrent à qui je ne voulais, en fait, aucun mal. Je n’avais pas réalisé. J’ai dû supprimer une grosse partie de mon contenu, le contenu de mon site, à l’époque, avec toutes les implications SEO que l’on connaît. On connaît tous un peu.
Et, en plus, j’ai dû réécrire très rapidement du nouveau contenu pour nos différents sites. Bon, ce n’est pas super chouette comme expérience, comme situation, mais cela fait partie des erreurs que j’ai commises. Et fort heureusement, j’ai beaucoup appris de cette expérience négative. Alors, comment s’en prémunir ? Je vais vous donner quelques pistes.

C’est relativement simple finalement : vérifiez régulièrement la qualité et surveillez, tout en faisant confiance. Si c’est de la rédaction de contenu, vérifiez avec des outils PlagScan par exemple. Si c’est de la compta, faites vérifier de temps en temps votre comptabilité par un comptable externe.

J’en parlais tout à l’heure avec l’exemple de l’Audi électrique. Ils sous-traitent par exemple la fabrication des batteries. Eh bien, ils vérifient. Audi vérifie régulièrement la qualité en réalisant des tests assez poussés sur leurs batteries, sur certains lots de production, de manière aléatoire. Ils ne vont pas pouvoir tout contrôler évidemment, mais de manière aléatoire, sur certains lots, ils vont faire ça.

Alors, comment sous-traiter efficacement de la rédaction de contenu ? Parce qu’aujourd’hui, la rédaction de contenu fait partie intégrante d’une stratégie sur vos sites internet.

Et malgré ces petits soucis, j’ai trouvé une méthode assez efficace pour sous-traiter du contenu à l’étranger. Alors, souvent, c’est Madagascar qui ressort du lot, dans mon secteur d’activité dans tous les cas. Et on y trouve des rédacteurs très talentueux. Et vous seriez étonné de la qualité qu’ils sont capables de produire.

Et donc, ne vous arrêtez pas aux préjugés. Arrêtez de penser, de croire et de suivre le mouvement. Ici, dans ce cas, c’est faux. C’est mon premier conseil. Ne jugez pas trop vite. Ne vous basez pas sur les préjugés.

Ensuite, il faut donner beaucoup de sources de qualité. Mon second conseil, c’est de donner des sources d’inspiration si possible en anglais. Lorsque vous voulez sous-traiter du contenu, ça les aide à ne pas copier des phrases. Alors, ils ne le font pas de manière intentionnelle bien sûr. Ça arrive. Moi, j’ai un de mes collaborateurs par exemple qui écrit beaucoup sur nos différents sites. Eh bien, vous savez quoi, ça lui arrive de se copier lui-même. C’est naturel en fait. C’est normal. Il a l’habitude d’utiliser certaines tournures de phrases, de parler d’un service d’une certaine manière, de décrire un produit d’une certaine façon.

Eh bien, tout cela génère aussi du duplicate content alors que ce n’était pas intentionnel. Pour obtenir une meilleure qualité, je donne à mes rédacteurs une source de contenu par paragraphe de texte. Ainsi, ils ont une source d’inspiration importante pour écrire un paragraphe court. Je les oblige, sans leur dire, à condenser l’information et à n’en sortir que le meilleur.

Alors, ça demande du temps évidemment. Si je veux un article de 2000 mots, par exemple, je le divise en cinq paragraphes avec, chacun, un sous-titre. Et je dois, quelque part, trouver des sources pour ces cinq paragraphes. Si je compte bien, ça fait 5*400 mots. Pour les rédacteurs, écrire 400 mots, quand ils ont deux ou trois sources de plus, c’est facile d’écrire 1000 mots. C’est beaucoup plus facile. Et moi au final j’ai un article de 2000 mots de très haute qualité. Et ça, c’est mon troisième conseil.

Et le dernier conseil, le plus important, c’est la vérification. J’utilise Antidote pour les fautes d’orthographe parce que, oui, ils laissent parfois quelques fautes et moi aussi, d’ailleurs, lorsque j’écris chaque jour. Nous ne sommes pas des machines. Donc, faire des fautes c’est normal.

Mais ce qui est normal aussi, c’est de bien vous relire et de ne surtout pas oublier de vous faire relire aussi. J’utilise également PlagScan pour vérifier mes propres contenus lorsque j’écris moi-même. Bon, il y a aussi Duplichecker qui fonctionne très bien et qui est gratuit, je pense. Et puis, j’utilise aussi Adrien, un de mes collaborateurs, qui relie avec toute son attention et qui remet parfois un peu en forme les contenus. Il ajoute quelques liens internes, des références à nos marques. Il ajoute un complément d’information et ça nous fait un contenu de haut niveau au final.

Vous l’aurez compris, sous-traiter permet d’économiser de l’argent, mais pas du temps. Parfois, c’est l’inverse : ça permet de gagner beaucoup de temps, mais, dans ce cas, ça coûte un peu d’argent. On n’a rien sans rien, en fait. Mais la sous-traitance reste néanmoins extrêmement efficace dans le sens où tout le monde a sa spécialité et qu’il faut accepter les talents des autres pour, quelque part, se concentrer sur ses propres qualités.

Je vous partage également un article intéressant des 6 erreurs typiques que font les entrepreneurs ou jeunes entreprises dans le domaine de la sous-traitance (et comment les éviter).

D’ailleurs en parlant de sous-traitance, je vous invite à découvrir notre programme Microtaches.jobs, un programme qui met en relation les consommateurs avec les entreprises !

FOIRE AUX QUESTIONS

Les questions les plus fréquentes de mon audience à ce sujet

Découvrez ci-dessous les questions qui reviennent le plus souvent lorsque je suis en contact direct avec mes visiteurs, mon audience, mes élèves lors de mes formations et les questions que je reçois via mes profils sociaux.

📑 Quelles sont les 10 erreurs de sous-traitance typiques des entreprises ?

1. Sous-estimer l’importance d’un briefing de qualité
2. Ne pas s’intéresser au profil du sous-traitant
3. Ne pas évaluer correctement les coûts
4. Ne pas prévoir l’infrastructure de collaboration
5. Ne pas communiquer avec votre équipe au sujet de la sous-traitance
6. Ne pas rédiger de cahier des charges
7. Ne pas fixer de date de livraison
8. Ne pas travailler sans charte déontologique
9. Ne pas demander d’estimation ou de devis
10. Ne pas privilégier le contrat le moins cher uniquement


🩺 Comment éviter la défaillance d’un sous-traitant ?

Avant toute chose, il faut qualifier vos sous-traitants, vous devez vous assurer qu’ils sont capables de réaliser un travail tant sur le point humain que financier.

Soyez à l’affût du bien-être de votre sous-traitant, cela vous permettra d’anticiper ses difficultés avant qu’il soit trop tard.

Focalisez-vous sur des « solutions » lorsque votre sous-traitant vous exprime des difficultés.

Payez évidemment en temps et en heure les prestations du sous-traitant.

Veillez à toujours bien faire respecter les contrats.


⚠️ Quels sont les 4 dangers les plus importants de la sous-traitance ?

1. La perte de contrôle du sous-traitant
2. Le risque de dégradation de la qualité du service
3. L’augmentation des coûts
4. La confidentialité et la sécurité des données


⚖ Les entreprises sont-elles responsables juridiquement de leurs sous-traitants ?

Oui et non. Cela dépendra des contrats que vous allez établir avec vos sous-traitants. En fonction du contrat et du secteur, la Cour de cassation peut décider de condamner à tort un sous-traitant sur base de la responsabilité extracontractuelle.

Un entrepreneur est obligé non seulement de veiller au respect des obligations expressément convenues avec l’entreprise.

administrator
Votre réaction :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *